Yana Belomoina : « Pas de regrets pour ce maillot arc-en-ciel »

La France la découvre, le monde est à ses pieds. Yana Belomoina (Bart Brentjens MTB) a remporté haut la main la coupe du monde de VTT et a écrasé de sa puissance la saison 2017 de cross-country. Avec 3 victoires et 5 podiums en 6 étapes de coupe du monde et un titre continental acquis à Darfo Boario Terme en Italie, l’Ukrainienne de poche de 24 ans a tout raflé cette année. Sauf le maillot arc-en-ciel de la discipline…


Yana Belomoina, l’an passé encore, vous étiez inconnue dans le VTT. Comment expliquez-vous cette métamorphose ?

Yana Belomoina : « Peut-être que c’est la saison passée qui n’a pas été à la hauteur. L’an dernier, j’ai eu beaucoup de mal, surtout en début de saison et j’ai beaucoup chuté. Mais les résultats en 2017 sont la juste progression de mes années espoirs (victorieuse de la coupe du Monde de VTT U23 en 2012 et 2014, ndlr). Ca n’a rien d’étonnant, le travail paye enfin !

Vous entrez dans l’histoire de votre pays en devenant la première Ukrainienne à remporter la coupe du monde de cross-country. Avez-vous changé de statut chez vous ?

Oui bien sûr ! J’ai eu de nombreuses sollicitations de plusieurs magazines ou journaux. De plus en plus, les gens me reconnaissent et viennent me voir en course. Je suis en tout cas très fier d’être la première Ukrainienne à réaliser cette performance.

Vous avez abandonné les championnats du monde de Cairns (Australie, remportés par la Suissesse Jolanda Neff) après seulement quelques minutes de course. Que s’est-il passé ?

J’ai lourdement chuté deux jours avant la course. Par chance, je ne me suis rien cassée et j’ai quand même pu prendre le départ des mondiaux. Une fois la course partie, la douleur à la tête était malheureusement trop vive et j’ai dû abandonner assez vite.

Embed from Getty Images


Vue votre saison, vous méritez certainement ce maillot arc-en-ciel…

Quand j’ai compris que je n’allais pas pouvoir combattre pour ce maillot, ça a été dure. Les larmes me sont venues très vite. Pourtant, j’ai tout de suite relativisé en repensant à ma saison, à tous ces titres, tous ces podiums. Championne d’Europe, d’Ukraine et victorieuse de la coupe du monde, je crois que je peux être fier de moi. Je n’ai pas de regrets pour ce maillot arc-en-ciel.

Vous avez un gabarit très léger (1m64, 46 kg) et on vous a vue très affûtée cette année. Une des clés de votre réussite ?

Je ne crois pas. L’affûtage vient au fur et à mesure de l’entraînement et de la saison. Je n’ai pas fait de régime particulier et j’étais d’ailleurs bien plus lourde que ça au début de la saison.

Embed from Getty Images


Et maintenant, quels sont vos objectifs ?

Pour l’instant j’ai besoin d’une pause. La saison a été longue et intense et je ressens le besoin de couper. Pour le reste, je n’ai pas d’objectifs spécifiques, je veux juste gagner, peu importe la course et la concurrence. À terme, l’objectif reste évidemment les Jeux-Olympiques de Tokyo en 2020. Cette course est un rêve pour moi. J’aimerai aussi, un jour, essayer les courses sur route sans pour autant arrêter le VTT.

Que faites-vous quand vous ne roulez pas ? 

Sans hésiter, la cuisine ! Je suis une vraie passionnée des saveurs et j’essaye de me consacrer régulièrement à cet art quand j’ai le temps et que je ne suis pas en compétition. »

Propos recueillis par Nathanaël Valla-Mothes

Author: Nathanaël Valla-Mothes

Passionné de sport, je suis passé par L'Equipe et La Provence avant de me lancer dans le grand bain du sport féminin. Follow @MothesValla

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *