Le F.C Fleury 91 débloque son compteur en D1

« À coeur vaillant, rien d’impossible ». Le F.C Fleury 91 n’a pas renié son slogan en gagnant ce week-end le tout premier match de son histoire en D1 féminine contre l’OM (2-1). Un succès salvateur qui lance définitivement la saison du promu.

Le coeur de l’Essonne bat désormais un peu plus fort. Le F.C Fleury 91, tout juste promu en D1 féminine vient de remporter, ce week-end à domicile, le premier match de son histoire en première division face à Marseille (2-1). Né d’une fusion entre le F.C Val d’Orge et le F.C Fleury 91 au printemps 2017, le club n’a maintenant qu’un seul objectif : le maintien.

L’histoire Fleury

« Notre seul but, c’est de rester en D1 » déclare tout haut Daniel Carric, le président de la formation francilienne. Et pour cause, inutile encore de trop s’emballer pour la petite structure de l’Essonne qui doit son accession en D1 à une saison 2016-2017 exceptionnelle et à une fusion indispensable.

23319153 1652102174808449 5412379709095713176 n - Le F.C Fleury 91 débloque son compteur en D1

La joie de l’équipe après sa victoire 2-1 face à Marseille. (c)DR/facebookFCF91

Plus petit budget de deuxième division l’an dernier, le F.C Val d’Orge a gagné sa montée sur les terrains mais a été financièrement contraint de s’associer avec le F.C Fleury 91 pour assurer sa pérennité au plus haut niveau français. « C’est un projet sur lequel on avait discuté bien avant la montée avec Monsieur Bovis, le président du F.C Fleury 91. Il fallait une mutualisation des moyens financiers et humains, c’était indispensable » assure Daniel Carric. Premières bénéficiaires de cette restructuration, les joueuses ont désormais un terrain fixe et ne jouent plus sur « sept terrains différents ».

Cette stabilité structurelle désormais acquise permet au club d’entrevoir sereinement la saison malgré son budget parmi les plus faibles de première division : « On fait partie des petits poucets de la D1. Rester à ce niveau nous permettrait d’envisager sereinement l’avenir. Dans le cas contraire, rien ne nous garantit de retrouver un jour l’élite si nous faisons l’ascenseur ». Pourtant, sur le terrain, les Essonniennes font preuve d’une rigueur inattendue qui leur a permise d’accrocher les cinq dernières équipes qu’elles ont rencontrées, et notamment le PSG. Finalement défait, le club aura seulement craqué par deux fois en fin de match. Des résultats encourageants qui laissent présager mieux qu’un simple maintien. Sur le long terme, l’ambition du club est d’ailleurs de créer un pôle formation de haut niveau pour former les nouvelles pousses : « On a déjà le label or de la fédération française de football en tant qu’école de formation pour les féminines. On va aussi essayer de mettre en place une structure de formation de haut niveau, commune aux hommes et aux femmes, qui permettrait à nos 1000 licenciés (300 féminines pour 700 hommes) d’évoluer et progresser ensemble ».  

Lyon-Fleury, David contre Goliath

22181605 1619585694726764 5675811271565807082 o - Le F.C Fleury 91 débloque son compteur en D1

Daphné Corboz est une des 7 recrues du F.C Fleury 91. (c)DR/fleuryfoot91.com

Bien avant l’OM, les rouges et noires étaient pourtant bien mal parties en championnat. Si les deux défaites sèches en début de saison face au Paris F.C (1-5) et à Montpellier (8-0), et leur 11e place actuelle n’ont pas de quoi rassurer, Daniel Carric ne doute pas : « On tournait autour de la victoire, il était clair qu’elle allait arriver un jour. L’équipe se porte de mieux en mieux et surtout, l’alchimie entre les joueuses commence à prendre forme. Il a fallu à toutes ces filles un moment d’intégration qui porte désormais ses fruits ».

Car avec la restructuration du club, de nombreuses nouvelles têtes sont apparues au sein de la formation francilienne. En plus des joueuses cadres comme Danaé Dunord ou Félicia Mollet (au club depuis 2011), la formation a dû composer avec des arrivées de tout bord, 6 au total, sans compter la buteuse décisive face à Marseille, la franco-américaine Daphné Corboz, débarquée tout droit des Etats-Unis. « Une très bonne pioche » estime Daniel Carric, fier d’avoir réussi à arracher la milieu de terrain de poche à Manchester City.

Le 19 novembre, le club affrontera un club olympien d’un tout autre calibre, l’OL. Les féminines de Fleury vont affronter l’ogre lyonnais pour la première fois en D1 avec la ferme intention de ne pas se laisser marcher dessus. Car si le duel est très déséquilibré sur le papier, la réalité du terrain est souvent très différente. « Face au PSG, on perd sur deux erreurs mais on a tenu la dragée haute » assure le président qui verrait bien son club réalisé pareille performance à Lyon. Les Fenottes, championnes d’Europe en titre, restent sur 8 victoires d’affilées en D1, pour 44 buts marqués. « C’est prestigieux pour notre club d’affronter une des meilleures équipes d’Europe, mais on aura rien à perdre » s’enthousiasme Daniel Carric conscient de l’immense tâche qui attend ses joueuses. Mais à coeur vaillant…

Nathanaël Valla-Mothes Follow

Author: Nathanaël Valla-Mothes

Passionné de sport, je suis passé par L'Equipe et La Provence avant de me lancer dans le grand bain du sport féminin. Follow @MothesValla

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *