Angela Eiter : « Pas focalisée sur du 9b »

Dès l’âge de 11 ans Angela Eiter adhère à la roche. Vingt ans plus tard, l’autrichienne devient la première femme à grimper une voie classée 9b, seulement sept mois après Margo Hayes (USA) et son premier 9a+ féminin. Encore aujourd’hui, elle peine à réaliser son exploit réalisé en Andalousie, le 22 octobre dernier, à la « Planta de Shiva ». Elle revient en toute humilité pour Les Championnes sur les temps forts de cette aventure.

Quand et pourquoi avez-vous choisi la « Planta de Shiva » ? Cette voie a-t-elle quelque chose de spécial pour vous ?

J’ai cherché une voie difficile mais je n’étais pas focalisée sur du 9b. L’occasion s’est présentée spontanément. En octobre 2015, j’ai d’abord essayé et réussi la première partie de la Planta de Shiva qui équivaut à un 8c. Une fois en haut, j’ai réalisé les multiples obstacles de la seconde partie. J’ai observé et j’ai tout de suite compris que j’aimais les mouvements et que ça correspondait à mon style de grimpe.

Planta de Shiva Javipec 05 preview 200x300 - Angela Eiter : "Pas focalisée sur du 9b"

Angela Eiter en pleine ascension de la « Planta de Shiva ».
(c) Redbull Contentpool / Javipec

Combien de temps vous a-t-il fallu pour être prête pour l’ascension  ?

Pendant 2 ans (d’octobre 2015 à octobre 2017) je suis allée 7 fois à la « Planta de Shiva », en général pour une semaine et quand je pouvais partir plus longtemps du travail, je restais 2 semaines. Le principal problème était la distance depuis chez moi à Imst (Autriche) et le manque de flexibilité pour aller là-bas quand les conditions étaient les meilleures. Parfois, j’y allais et les conditions étaient mauvaises, je faisais de bons progrès mais je devais retourner chez moi. Pour éviter d’oublier les détails, j’ai dessiné la voie sur une feuille de papier et je l’ai reconstituée dans ma salle d’entrainement habituelle. Cela m’a aidée à m’entrainer à intensité égale, mais les détails de la roche manquaient quand même. C’est la première voie qui m’a demandé autant de préparation.

Il y a un moment où vous avez été sur le point d’abandonner …

La frustration a fait partie de l’aventure et il y a eu beaucoup de choses inattendues. En janvier 2016, Jakob Schubert a réussi la deuxième ascension de cette voie (après Adam Ondra, en 2011). Il a déclaré que c’était la plus dure qu’il ait faite jusque là, un vrai combat. Ces mots m’ont vraiment intimidée, donc j’ai décidé de me concentrer sur la deuxième partie seulement parce qu’elle est assez dure comme ça. Je ne sais pas quelle cotation on pourrait lui donner mais elle est plus dure que tout ce que j’ai grimpé avant. Ensuite, deux prises ont cassé quand je travaillais sur la voie. J’ai d’abord pensé « C’est fini ! » et puis j’ai finalement imaginé une nouvelle version. En mai 2016, je me suis également blessée à l’annulaire, et j’ai souffert d’une inflammation pendant plusieurs mois. Un peu plus tard je me suis claqué la cuisse gauche. Là je me suis dit : trop c’est trop ! Et j’ai eu besoin de plusieurs semaines pour me remettre…

Je ne suis pas la meilleure grimpeuse au monde, mais actuellement, certainement l’une des plus heureuses !

 

Combien d’essais vous a-t-il fallu pour réussir cette performance le 22 octobre dernier ?

Je n’ai pas compté le nombre d’essais. Sur une voie difficile comme celle-ci, j’essayais une ou deux fois par jour au maximum. J’ai eu besoin d’un jour pour récupérer et puis j’ai grimpé la voie en 30 minutes.

Planta de Shiva Javipec 04 preview 300x200 - Angela Eiter : "Pas focalisée sur du 9b"

Vue de la « Planta de Shiva ».
(c) Redbull Contentpool / Javipec

Avez-vous bénéficié de conseils de la part d’Adam Ondra et Jakob Schubert qui sont les deux seuls à avoir réussi cette voie avant vous?

La vidéo d’Adam m’a aidée pour trouver le chemin jusqu’en haut mais sur certaines parties j’ai eu besoin d’établir ma propre version, qui correspondait mieux à mon style de grimpe et à mes mensurations.

Avez-vous été surprise de réussir ?

Oui, totalement !

Qu’est-ce que cette performance représente pour vous ?

J’ai gagné en expérience et je me suis rendu compte à quel point c’était important pour moi d’avoir quelqu’un à mes côtés. Le soutien inconditionnel de mon mari et de mon père a été déterminant.

Qu’avez-vous pensé de la performance de Margo Hayes qui est devenue la première femme à grimper un 9a+ en mars dernier ?

Je m’intéresse aux autres grimpeuses et je suis fière de leurs efforts et de leurs performances. C’est génial d’assister à l’explosion de la discipline chez les femmes et de voir à quel point elles repoussent les limites.

Planta de Shiva Javipec 10 preview 300x200 - Angela Eiter : "Pas focalisée sur du 9b"

Angela Eiter fête son ascension spectaculaire entourée de son père et de son mari. (c) Redbull Contentpool / Javipec

Qu’est-ce que vous ressentez quand les gens parlent de vous comme la « meilleure grimpeuse au monde » ?

Je ne suis pas la meilleure grimpeuse au monde, mais actuellement, je suis l’une des plus heureuses !

Est-ce que vous avez déjà un nouvel objectif en tête ?

Pour le moment, je veux simplement rester proche de chez moi, grimper et essayer quelques nouvelles voies. Avant tout, j’espère pouvoir dévoiler rapidement une première vidéo de ma performance et, je l’espère, une version plus longue un peu plus tard.

Propos recueillis par Aurore Dupont

Author: Aurore Dupont

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *